Mettez-vous à l’aise, le Costa Rica est un pays pour les personnes âgées

« Le Costa Rica est un pays de vieux, mais celui-ci s’est laissé emporter par un délire de toute-puissance » avez-vous peut-être pensé en lisant le titre de ce billet. Non, non, on vous assure qu’on est toujours en pleine possession de nos facultés mentales et que ce n’est qu’une petite provocation, une manière différente de dire « hé regarde, le Costa Rica nous a surpris, on ne s’attendait pas à ce qu’il soit si calme ! ».

Qu’est-ce qu’on veut dire ? Que le Costa Rica est un pays « facile » à voyager : après tout, le fait que de plus en plus d’Américains ayant de l’argent le choisissent pour y passer leur retraite aurait dû me faire comprendre les choses depuis longtemps.

Donc, si vous décidez d’y faire un voyage, rangez votre tenue d’Indiana Jones, mettez votre chapeau de touriste et ne vous attendez pas à affronter la jungle primordiale avec une machette (sauf, semble-t-il, si vous allez à Corcovado, mais on n’y est pas allé) car la réalité est très différente. La réalité est que vous trouverez un pays très avancé avec de bonnes (pour ne pas dire très bonnes) infrastructures capables d’accueillir même les voyageurs les plus exigeants. Pensez simplement que l’eau du robinet est potable, mais si vous la buvez et que vous avez la chiasse, ne m’en voulez pas.

Une autre chose qu’on doit vous dire avant votre départ est que le Costa Rica est cher. N’espérez pas faire un voyage à petit budget, car même si vous prenez le bus public, vous ferez des économies, mais vous dépenserez quand même beaucoup.

Gardez à l’esprit que chaque entrée de parc coûte environ 10 USD par personne, que le tour de la canopée à Monteverde coûte à lui seul 45 USD et que si vous prenez des visites guidées, il vous en coûtera entre 20 et 35 USD par personne. Alors préparez-vous à sortir votre portefeuille.

Les routes sont en très bon état, la plupart d’entre elles sont asphaltées et également pavées

On conseille à tout le monde de louer une voiture 4×4, mais honnêtement, si vous faites un tour dans les principaux lieux touristiques, on ne sait pas si c’est vraiment nécessaire : il y a bien quelques chemins de terre, mais vous pouvez le faire facilement avec une voiture normale. Ah, même si on était là pendant la saison des pluies on n’a pas trouvé de rivières à traverser à gué avec la voiture, mais peut-être que si vous optez pour des destinations moins touristiques il vaut mieux demander la nécessité de la prendre. Si, au contraire, vous voulez être sûr, prenez-la quand même, car elle ne coûte pas beaucoup plus cher qu’une voiture normale. Les bus publics sont confortables, propres et arrivent (lentement) presque partout. Et ils sont également bon marché. En revanche, les utiliser vous fera perdre beaucoup de temps et vous fera passer une mauvaise matinée. Le mien de Monteverde est parti à 4 heures du matin. Si vous avez de l’argent, si vous êtes seul ou si vous aimez être à l’aise, les navettes privées sont une excellente option et vous n’aurez pas à vous tracasser autant.

Afin de ne pas dépenser d’argent, on a fait un mélange d’auto-stop, de bus publics et de quémandage pour des trajets en voiture, mais on vous racontera notre voyage une autre fois.

Il y a des hôtels pour tous les goûts et tous les budgets

Les écolodges sont très sympas mais il faut être prêt à cracher des sommes considérables. Cependant, en moyenne, même les auberges dans lesquelles on a séjourné nous ont laissé heureux. Même si elles ne sont pas vraiment bon marché (40 USD en moyenne pour une chambre avec salle de bain), elles sont très propres et offrent un niveau de service assez élevé. Évidemment, au milieu, on a aussi trouvé un taudis, mais on avoue qu’on le cherchait : quand toutes les auberges coûtent en moyenne 40 USD et qu’une seule coûte 10 USD, il y a une raison, la plupart du temps.

De même que les restaurants sont partout, il y en a beaucoup. Ils sont aussi assez chers (étrange ?), si vous voulez dépenser un peu moins vous pouvez trouver des « soda » où manger et économiser un peu (ils ferment à sept heures du soir donc vous feriez mieux de vous dépêcher si vous ne voulez pas aller vous coucher avec un ventre vide). Tous, mais on dit bien tous, ont le WI-FI.

On a dit de ranger la machette et pas pour rien

Toutes les pistes des parcs et des visites qu’on a faites, la plupart du temps sans guide, étaient des pistes confortables et la plupart du temps même marquées par de belles dalles de béton. Ah une chose : il y a des sentiers balisés pour deux raisons principalement.

La première est que si vous vous aventurez dans la forêt, vous risquez sérieusement de vous blesser (dans le meilleur des cas) ou de vous perdre, et quelqu’un doit alors venir vous chercher et vous ramener (toujours dans le cas optimiste où il vous trouve). Il y a peu de temps, une personne s’est perdue dans le Corcovado (où il est interdit d’aller seul) et on n’en sait rien depuis un mois, probablement qu’elle est devenue un morceau savoureux pour certains habitants de la forêt.

La deuxième raison est que la forêt est non contaminée et protégée, et que votre présence pourrait compromettre son équilibre.

Soins de santé

C’est toujours une question délicate, mais au Costa Rica, vous pouvez être sûr que le service est au plus haut niveau. Considéré par les Nations unies comme le meilleur d’Amérique latine, il est généralement considéré, avec l’Europe, les États-Unis et le Canada, comme l’un des meilleurs du monde. La bonne nouvelle est que si vous tombez malade, ils vous soigneront même si vous n’avez pas d’assurance voyage !

Au Costa Rica, l’État garantit le droit aux soins médicaux d’urgence aux citoyens costariciens, aux touristes et même aux résidents illégaux.

4 bonnes raisons de passer vos vacances d’été au camping
Les meilleures destinations à bas prix pour un couple de moins de 30 ans !
Le parc national du volcan Tenorio, un cadeau naturel du Costa Rica